Se préparer, en conscience, à un nouveau monde

Xavier Denoël

C’est une époque historique que nous sommes en train de vivre : plus de la moitié de la population vit en confinement et des pans entiers de notre économie sont à l’arrêt. Nous ignorons encore l’impact que cette situation aura par la suite. Le coronavirus fait des dégâts importants au niveau de notre santé physique et psychologique. Il peut aussi être vu comme le dragon qui va réveiller une humanité inconsciente, plus centrée sur l’individuel que sur le collectif, plus encline à profiter de la terre qu’à la respecter.

Nous sentions que les choses ne pouvaient plus continuer ainsi. Tous les indicateurs étaient au rouge : financier, économique, climatique, sociétal, … Cette période de solitude nous force à nous arrêter et à regarder en nous-mêmes. Un examen de conscience à plusieurs niveaux :

  • Suis-je vraiment satisfait de ma vie, de mon travail, de mes relations ?
  • Quelle est ma place dans un nouveau monde en émergence ?
  • De quoi ai-je besoin pour me sentir bien ?
  • Comment partager mon potentiel, mes talents pour faire de ce monde un espace de paix et de prospérité pour les générations futures ?

Le bilan de conscience pourrait être difficile. Il pourrait nous mettre face à des vérités douloureuses que nous refusions de voir jusqu’à présent, nos yeux étant fixés sur le guidon d’une vie quotidienne hyper réglée et hyper active. La vérité peut faire mal mais c’est la vérité. Le déni nous ramènerait à des situations bien plus difficiles par la suite. “La vérité vous rendra libre” est un des grands enseignements donnés par la bible.

Pourrons-nous véritablement revenir au travail comme après un retour de vacances ? C’est une question posée par une personne sur les réseaux sociaux. Personnellement, je pense que les personnes reviendront dans leur travail, leur environnement habituel en pensant revenir dans un monde connu. Néanmoins, tous constateront que quelque chose a changé, que ce n’est plus pareil. Certains voudront désespérément revenir au connu et refuseront le changement, ce qui amènera de la souffrance. D’autres reconnaîtront le changement et accepteront de laisser partir l’ancien pour construire du neuf. C’est ce qu’on appelle le “lâcher prise”.

Comment va être l’après-confinement ? Que va-t-il se passer ? Nous n’en savons rien. Nous savons juste que le monde d’après sera très différent de l’ancien et que l’entre deux ne sera pas facile pour beaucoup. Un changement de paradigme implique un certain chaos. Voici une vidéo intéressante de Pierre Rabhi qui parle de “crise initiatique“.

A mon niveau, comment puis-je aider ?

Depuis des années je me prépare psychologiquement à un changement que je pressentais comme imminent. Régulièrement, j’ai alimenté ma page Facebook “Changer le monde” avec des articles inspirant pour changer les consciences et insuffler de nouvelles idées pour un monde meilleur.

Dans le cadre de mes formations basées sur le développement personnel et professionnel, j’ai toujours attaché une grande importance aux compétences basées sur la flexibilité et l’adaptation dans un monde en changement rapide.

Dans le cadre de mes coachings, j’ai accompagné un grand nombre de personnes qui aspiraient soit à trouver un nouvel emploi correspondant mieux à leurs aspirations, soit se lancer comme indépendant vu le rétrécissement progressif du salariat (inéluctable si on se base sur des experts reconnus comme Jeremy Rifkin).

Comme thérapeute, j’ai accompagné surtout des personnes faisant face à des changements de vie professionnelle ou familiale ayant d’importantes répercussions psychologiques et émotionnelles.

Dans la période de grands bouleversements qui s’ouvre, je continuerai à mettre mes compétences au service du changement individuel et collectif, ceci pour oeuvrer à la construction d’un monde plus juste, plus paisible et plus harmonieux. Je continuerai à oeuvrer pour le respect de valeurs éthiques où l’attention à l’autre prévaut sur l’égoïsme.

Vous trouverez sur ce site quelques informations sur les services que je propose. A côté du français, je parle couramment l’anglais et l’espagnol. Je dispose aussi d’un solide réseau pour vous réorienter dans le cas où je ne pourrais répondre à votre demande.

Restons calme et optimiste.

Tout ira bien.